mardi 15 octobre 2013

Tribune du Groupe Lutte Ouvrière dans Saint-Chamond Actu, magazine municipal de Saint-Chamond

En mars 2008, sollicités par Philipe Kizirian, nous avons fait le choix de nous présenter avec le Parti Socialiste, le Parti Communiste, et A Gauche Autrement.
Elus, nous avons assumé  la gestion municipale à travers nos délégations respectives d’adjoints et de conseillers municipaux  délégués : à la  jeunesse et la politique de la ville pour Marie-Françoise Khamed, à la propreté et à la gestion du quotidien pour Carmen Montet, aux conseils de quartiers pour Sauveur Cuadros, à l’eau et l’assainissement pour André Moulin.
Au cours de ce mandat, nous avons été solidaires de la majorité municipale, tout en marquant, parfois fortement, nos différences. Nous avons voté les budgets et soutenu tout ce qui a été dans le sens des intérêts de la population : création de nouveaux équipements, réhabilitation du quartier de Saint-Julien, actions en direction des plus démunis et des jeunes ainsi que du mieux vivre dans la ville et de la démocratie locale…
Aujourd’hui, pour nous une chose est claire : notre solidarité, s’il y a, se cantonne au niveau municipal car nous refusons d’être solidaires de la politique que mènent actuellement, au niveau gouvernemental, le Parti socialiste et ses alliés Les Verts/Europe Ecologie.
Au contraire nous dénonçons cette politique. Nous dénonçons les nouvelles attaques contre les retraites ainsi que celles contre les salariés avec cette loi qui permet désormais de leur imposer des ''accords de compétitivité'' et les forcent à travailler plus pour moins de salaire, accroissant la flexibilité et la précarité.
Nous dénonçons les hausses d’impôts qui touchent dès cette année, d’abord les salariés et les retraités, par des mesures héritées de la Droite auxquelles s’ajoutent celles du gouvernement actuel, pendant que les cadeaux (20 milliards de crédits d’impôts accordés sans contrôle et des baisses de cotisations) aux patrons, surtout les grands groupes, continuent et s’ajoutent aux 170 milliards d’aides.
Il y a un million de contribuables en plus, surtout des salariés et des retraités, souvent avec des bas revenus, qui, du coup, perdent aussi les avantages qui étaient liés à leur non-imposition.
Nous dénonçons cette politique qui consiste à faire les poches des salariés, des retraités, des chômeurs pour permettre à une poignée de riches de continuer d’accumuler des richesses et spéculer.
Nous dénonçons les baisses de dotations (moins 1,5 milliard d'euros prévu en 2014) de l’Etat aux collectivités locales (conseils régionaux et généraux, communautés d’agglo, communes…)  qui seront contraintes de tailler dans leurs budgets ou d’augmenter les impôts, et même les deux à la fois. 
Nous dénonçons les attaques contre les services publics (santé, transports, éducation, poste...) qui vont continuer avec une baisse programmée de 15 milliards de dépenses publiques.
Tout cela nous n’avons eu de cesse de le dénoncer, de le combattre sous Sarkozy et nous n’avons pas de raison de l’accepter sous Hollande.  
 
Le groupe Lutte Ouvrière